Avertir le modérateur

30/01/2008

Jeunes avec cents diplômes et pourtant sans emploi

db4818299d4d1d872ed02aae6183eb1b.jpg
 
Aujourd'hui, j'ai participé à un atelier proposé par l'APEC (Agence Pour l'Emploi des Cadres) aux jeunes diplômés et j'ai était frappé par un mal terrible: l'ennui. J'avais beau tout tenter, je n'ai cessé de m'ennuyer. Pourtant le thème de cette réunion qui était les "attentes des chargés de recrutement lors d'un entretien pour un poste" avait tout t'intéressant mais...  comme dit Beyonce "déjà vu".
 
Et en regardant à ma droite et à ma gauche, je voyais le même ennui. Tout ces jeunes diplômés qui devaient plutôt que d'écouter les conseillers APEC et la chargé de recrutement venu spécialement pour l'occasion, se demander quand allaient-ils trouver enfin un poste. Et surtout si un jour les chargés de recrutement qui sont pour la plupart loin des principes (pourtant élémentaires) de leur charmante représentante (blonde aux yeux bleus) qui était présente en ce jour devant nous, allaient arrêter d'avoir comme seules réponses aux candidatures de chacun d'eux des réponses négatives . Souvent pour les jeunes diplômés, les situations rencontrés sont les suivantes:
      1) cas où le profile recherché correspond au diplôme du candidat mais où ceux-ci reçoivent un "non pour manque d'expérience".
      2) cas un le jeune diplômé possède un diplôme supérieur à celui du profile recherché par l'employeur ce qui aboutit à un "non pour une question de trop haute qualification, vous risquera de vous ennuyez".
 
Quitte à s'ennuyer, je préférerais m'ennuyer en travaillant, personnellement. Et puis si l'employer s'ennuie, je pense que celui-ci à le droit de démissionner. En nous parle de manque de flexibilité dans le marché du travail, plutôt que de chercher que du côté de l'employer en détruisant le droit du travail, il faudrait peut être chercher aussi du côté des recruteurs qui ont, me semble t-il, beaucoup de mal à  l'imaginer.
 
Dans tout les cas mon ennui à était source de réflexion et de création artistique comme vous pouvez le voir ci-dessous. C'est déjà ça.
 
c5e1505af875a96a1aac2ed38751b387.jpg
La France forme ces jeunes en dépensant beaucoup d'argent pour qu'ils puissent mieux travailler à l'étranger. Les autres pays devraient remercier celle-ci. Voici ma conclusion du jour.
 
PS: En tout cas cette réunion m'a permis de trouver une bonne réponse à la question suivante:
"Qu'est ce que l'ennui?"
L'ennui est l'état mental pendant lequel on arrive à se poser ce genre de question.
 

Commentaires

L'ennuie est la base même de l'enseignement en France... Il n'y a pas vraiment d'interaction entre les professeurs et les étudiants, et ces derniers doivent "avaler" de "Saintes Vérités". S'il y avait des défis à relever nous impliquant dans l'apprentissage [je ne parle pas d'interrogation], cela serait plus vivant! & les leçons mieux retenues...
& je suis d'accord avec toi quand tu dis que les patrons ne donnent pas l'occasion aux jeunes diplômés d'acquérir de l'expérience, & quand on obtient un poste, ils s'étonnent que l'on ne sache pas tout...

Écrit par : Scrapper's Run | 30/01/2008

Bonjour

Je ne comprends pas très bien le sens de votre billet. Si les recruteurs sont assommants à ce point, il ne faut pas postuler, c'est simple.

Peut-être étiez-vous un peu fatigué ce jour là ? moi aussi je m'endors parfois pendant les réunions.

Au fait, les jeunes diplômés qui trouvent un job à l'étranger, s'ils avaient mis la même énergie et le même réalisme à chercher un job en France la plupart l'auraient trouvé...mais je comprends aussi que l'aventure soit plus tentante. Au passage, 75% des diplômés de 2006 étaient en poste un an après.


Réunir dans une salle un recruteur (ici c'était une, séduisante, si j'ai bien compris) et des jeunes qui se demandent comment ça marche, c'est évidement une bonne idée, non ? Si on prend la précaution de ne pas laisser croire que "tous les recruteurs réagissent à l'identique".

Après, le charisme de l'animateur et de l'invité sont peut être un peu en dessous de ce qu'il faudrait pour tirer l'assistance d'une forme de torpeur critique et prudente.

Pardonnez ma franchise mais il ne peut être question dans ces ateliers ni de brosser les participants dans le sens du poil (qui penche du côté de l'amertume de ne pas trouver le job de ses rêves), ni de refabriquer le marché de l'emploi, détestablement trivial.

Ce serait mieux, je suis d'accord, si en plus on pouvait être drôle, enthousiasmant, interpelant, déterminant pour la suite.

Vous faites une remarque un peu paradoxale : si les jeunes reçoivent aussi peu de réponses positives c'est peut-être qu'ils ne prennent pas assez en compte les besoins des recruteurs, et donc qu'ils auraient eu intérêt à rester attentifs à ce que l'une d'elle disait, non ?
Quitter son nombril des yeux est plus qu'utile dans une recherche d'emploi.

Écrit par : Jean-Marie BLANC | 31/01/2008

Je me suis sûrement mal exprimé, mon ennui été dû au fait que j'avais personnellement déjà eu l'occasion de participer à ce genre de réunion organiser par l'APEC comme d'autres dans la salle.

Pour ce qui s'agit du taux de jeunes en poste dans l'année suivant l'obtention de leurs diplôme des jeunes en France en comparaison avec nos voisins européens, la France est à la traîne.

Ceci n'est sûrement pas exclusivement la faute des recruteurs mais d'un ensemble de règles et d'habitudes dans le marché du travail français.
Si un recruteur ayant lu ce poste a pu croire que ceci était mon propos, je me permet de rectifier le tir.

Écrit par : neoalchimiste | 31/01/2008

ese que je peux ecrire sure le blog?

Écrit par : salomi | 07/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu