Avertir le modérateur

04/09/2008

CENTRAUX TELEPHONIQUES partie I // ARCHITECTURE INDUSTRIELLE

Neoalchimiste-Signature_20090213-004.jpg

Les habitués du blog l'auront peut-être remarqué, mais j'ai légèrement modifié le titre du blog et le blog "Le Neoalchimiste" devient à partir d'aujourd'hui "Le Neoalchimiste & co.". Pourquoi ce changement?

Tout simplement parce qu'à partir d'aujourd'hui j'inviterais de temps à autre des guests pour vous faire découvrir une partie de leurs univers ou de leurs pensées du moment. Voici le premier d'entre eux, Scrapper's Run, un ami passionné en autre d'architecture et architecte de formation, qui va vous faire découvrir quelques bâtiments qui nous entourent dans notre environnement quotidien mais auxquelles ont ne prêtes généralement que peu d'attention comme les usines, les batîments industriels... et par la même occasion vous faire une introduction au monde de l'architecture... Je vous laisse donc en bonne compagnie et je vous dis à bientôt.

_Néoalchimiste.

AI-Book_001.jpg

Brèves ou trop longues selon les personnes, les vacances s’achèvent, laissant alors l’activité humaine reprendre son droit, tout en nous offrant la possibilité de méditer sur nos instants vécu... Comme dirait un ami, « le soleil qui se couche, le vent qui caresse mon visage »... euh... Bref. Le temps passe et nos comportements évoluent, nos habitudes s’en voient modifiées, à tel point que nous ne prenons plus le temps d’apprécier certaines révolutions sociales et techniques.

Comme l’a précédemment fait remarquer notre ami, le très cher Néoalchimiste, au travers de ses nombreux posts, beaucoup de gens passent devant des réalisations remarquables sans s’en douter... Mais beaucoup de personnes possèdent entre leurs mains des choses stupéfiantes, et dont la mise en œuvre et l’installation, ont nécessitées l’édification de certains types de locaux. J’aborde donc le sujet de la téléphonie et son impact à l’échelle de la ville. Cette révolution, datant des années 1880, rapprochant les hommes, a laissée des vestiges de sa première gloire et de son développement dans notre paysage, mais par une présence discrète révélant une surprenante réflexion, et un génie admirable de la part de leurs concepteurs. Ces locaux sont bien entendu les centraux téléphoniques. Ils ont pour but d’abriter toute la technologie de communication et de gestion technique, et c’est en ces lieux que les câbles convergeaient pour se répartir sur des boîtiers de connexion des salles appelées « répartiteurs », là où nous trouvions les « demoiselles du téléphone », ces jeunes femmes célibataires chargées de nous mettre en relation avec nos correspondants. Souvent, ces salles exigeaient beaucoup d’espace, avec un équipement très imposant et très lourd à porter, générant des efforts important sur le plancher. Mais tout ça, mes amis, c’est du passé ! Depuis près de 30 ans, ces locaux sont le plus fréquemment enterrés, ne laissant en surface que les vestiges de ces événements architecturaux à part entière...

Paris expose des centraux téléphoniques remarquables ; bien qu’il serait intéressant de pouvoir les aborder individuellement, ce post se contentera d’en souligner quelques-uns, et de développer une construction en particulier.  Par delà les aspects, il est impératif de se placer dans le contexte temporel, conceptuel, ainsi que de repérer la branche de la discipline auquel se rattachent ces locaux, soit la catégorie dite « architecture industrielle ». Il est vrai que de nos jours, lorsque l’on entend cela, on a vite fait d’associer « architecture industrielle » à « hangars en tôle d’acier », des toits en « shed », accompagnés de leurs cheminées fumantes... Mais ce terme désigne en réalité la fonction et/ou la mise en œuvre technique du projet, et non pas son aspect. De plus, ces constructions ont été, par le passé, le plus souvent composés de briques et de métaux. Ainsi, un bâtiment ayant pour fonction de produire et de générer une activité et une production matérielle [ateliers, etc.] peut se considérer comme étant une « architecture industrielle »...


Puisque l'on parle de téléphone, je vous propose pour accompagner la suite de votre lecture le titre "Telephone" de l'artiste Erykah Badu, tiré de son dernier album "New Amerykah Part One (4th World War)".
podcast

Assister par l’un de mes livres de chevet, « Architecture Industrielle, Paris & Alentours » de Marie Françoise Laborde [éditions Parigramme, juin 2003], je vous invite à regarder quatre centraux électriques qui, bien que référencés dans cet ouvrage de manière subjective, reste très bien sélectionnés. Ces réalisations représentent le rapport entre l’urbain et l’évolution des technologies, et leurs présences révèlent l’histoire de ces dernières. Suivant les révolutions industrielles [fin XVIIIème siècle] et accompagnées notamment par le développement des réseaux ferrés, les entreprises occupent en premier lieu la capitale [ce n’est qu’au XXème siècle que les sites de production se déplacent vers la périphérie parisienne ainsi que dans sa proche banlieue] et nous y trouvons ainsi un grand nombre de réalisations étonnantes.

> CENTRAL TELEPHONIQUE GUTENBERG :
46 bis, rue du Louvre, 75001.

AI-20080218_0016B_75001-46rueDuLouvre-Gutemberg.jpg
AI-20080218_0039a_75001-46rueDuLouvre-Gutemberg.jpg
AI-20080218_0077a_75001-46rueDuLouvre-Gutemberg.jpg
Se distinguant de son environnement immédiat par un traitement remarquable de ses tours d’angles, ce bâtiment, revêtu de briques bleutées, longe une ancienne rue maintenant fermée à la circulation, la rue Gutenberg, qui connectait les actuelles rue du Louvre et rue Jean-Jacques Rousseau. Les tours ont pour rôle d’indiquer la présence de cet équipement, tandis que le volume donnant sur la rue Gutenberg contenait les répartiteurs, localisés dans des salles extrêmement bien éclairées par la lumière naturelle et où nous trouvions les célèbres « demoiselles du téléphones ». Cette zone est d’ailleurs représentée par la gravure exposée plus haut, et extraite de l’ouvrage précédemment cité.
Edifié à la fin du XVIIIème siècle par l’architecte Boussard, ce bâtiment sera détruit par un incendie et reconstruit en 1908, pratiquement à l’identique.
Respectivement, les photographies exposent en premier lieu la vue de la tour donnant sur la rue du Louvre, puis une vue de la belle façade vitrée donnant sur l’ancienne rue Gutenberg, et enfin, la vue de la tour située côté rue Jean-Jacques Rousseau.
> CENTRAL TELEPHONIQUE ARCHIVES :
106, rue du Temple & 63 rue des Archives, 75003.
AI-20080501_0171B_75003-Archives-63rueDesArchives.jpg
AI-20080501_0157a_75003-Archives-106rueDuTemple.jpg
Edifice inscrit dans une rue du Marais, ses façades donnent sur deux rues : l’une sur la rue des Archives, et l’autre sur la rue du Temple, alors en ravalement lors de cette prise de vue [01/05/2008]. Bien que masqué par les échafaudages, nous pouvons observer le travail de transparence voulu par l’architecte François le Cœur, missionné pour ce projet entre les années 1920 et 1925. L’expression est structurelle, bien qu’un jeu de courbe vienne atténuer la rigueur des façades porteuses en béton, dont l’on peut admirer la finesse des lignes des piliers pour l’époque.
> CENTRAL TELEPHONIQUE ORNANO :
114, rue Marcadet, 75018.
AI-20080828_0002B_75018-114RueMarcadet-CentraleTelephoniqueOrnano.jpg
La situation étroite et camouflée de ce central ne lui permettant pas de s’exprimer volumétriquement sur la rue, il se distingue avant tout par la couleur de sa brique, d’un rouge-orangé vif. Quelques jeux de volumes et de reliefs permettent de repérer les accès, notamment l’accès « piéton », visible par un retrait en profondeur [troisième photographie]. La pose de cette brique est tout à fait surprenante, enrichissant la lecture de la construction et lui donnant une texture d’un grand raffinement, calmant la rigueur « fonctionnelle » de son identité.
Ce bâtiment fût réalisé en 1933 par l’architecte Georges Labro, après la substitution de la téléphonie automatique à la téléphonie manuelle, débutant en 1930, pour répondre à la croissance du nombre d’abonné...

La suite la semaine prochaine, même heure, même chaîne...euh non, blog, même blog.
Icones_Casque!-02.jpg
_Scrapper's Run.

Commentaires

Encore merci l'ami ;)
j'avais pensé aussi à ce détail musical d'accompagnement pour rester dans l'esprit de ton blog, merci d'avoir eu un bon choix !
;)

Écrit par : Scrapper's Run | 04/09/2008

J'avais repéré celle de la rue du Louvre, mais pas les autres (que j'irai voir). Merci pour les infos.

Écrit par : sheily | 04/09/2008

Excellent article! J'ai hâte de voir la suite!! On ressent tout de suite, à travers tes phrases, la passion qui te traverse! Bravo! ;-)

Écrit par : Tombeducamion | 05/09/2008

Merci à vous, ça me motive pour continuer ^^
sheily >>> super sympa ton blog! j'te félicite!

Écrit par : Scrapper's Run | 05/09/2008

A la lecture on sent ben qu'un travail de recherche a été mené pour rassembler toutes les infos publiées ici...Peut être quelques images de l'intérieur de ces centraux n'auraient pas été de trop...bien ue j'imagine que l'accès à ces lieux ne soit pas ouvert au public...

Écrit par : valexhand | 20/03/2009

Valexhand : Merci ; effectivement j'aurais aimé prendre des photographies intérieures, mais ces locaux sont actuellement des bureaux de France Télécom, et il y a des vigiles postés aux accès qui ne laissent rentrer que le personnel :(
Sans compter que parfois, par manque de temps en semaine, j'effectue mes balades le week-end et surtout le dimanche, comme pour le central téléphonique Bergère de la partie II de ce billet.
Mais si toutefois quelqu'un arrive à prendre des photos à l'intérieur de ces bâtiments, je suis preneur ^^

Écrit par : Scrapper's Run | 21/03/2009

Central Gutenberg : je connais bien ce bâtiment car j'y ai travaillé pendant plus de 10 ans de 1972 à 1983. Il a effectivement été reconstruit en 1908 après un incendie ( je posséde " l'Illustration" de l'époque avec les photos ).

On trouvait fin des années 70, au rdc le central électromécanique système Rotary 7B1 Louvre (indicatif 508) et maintenant c'est l'agence commerciale + je crois une salle de visioconférence ( le plafond de ce rdc est classé ).

Au premier c'était l'autocommutateur Rotary 7A "Central" ( ind : 236 ) remplacé ensuite en 78/79 par un autocommutateur électronique spatial Métaconta 11F. Au second "Gutenberg" ( ind :231 ). Au troisième, le répartiteur, toujours existant, je pense. Au dernier étage, le central Pentaconta Gutenberg IV ( ind 233 ) + l'appartement du chef de centre.

Actuellement, ce sont essentiellement des bureaux, je crois, car je n'y ai pas mis les pieds depuis plus de 20 ans.

Écrit par : Jyf | 06/09/2009

@ Jyf : un grand merci pour ces précieux renseignements!
il n'est pas aisé de rentrer avec un appareil photo dans des bâtiments de ce type, il est donc toujours très intéressant d'avoir un "informateur" pour nous éclairer :)

Écrit par : Scrapper's Run | 06/09/2009

Si vous vous intéressez aux centraux téléphoniques, en voici un peu connu car bien enterré !
http://www.ina.fr/art-et-culture/architecture/video/CAF89010220/le-nouveau-central-telephonique-des-tuileries.fr.html

Écrit par : Jyf | 08/09/2009

Si vous vous intéressez aux centraux téléphoniques, en voici un peu connu car bien enterré !

http://www.ina.fr/art-et-culture/architecture/video/CAF89010220/le-nouveau-central-telephonique-des-tuileries.fr.html

Écrit par : Jyf | 08/09/2009

@ Jyf : un grand merci pour cette vidéo, car je ne savait pas du tout qu'il y avait un central téléphonique sous les tuilerie ^^
Chose intéressante : le discours tenu par le commentateur, lorsqu'il dit que ce sont des ouvrages qui défigurent la capital par "l'incrustation d'un immeuble massif dans le tissu urbain"... que "l'architecture de ces bâtiments laissent à désirer"...
Ce sont pourtant des constructions magnifiques!
Bref, encore merci! :)

Écrit par : Scrapper's Run | 13/09/2009

Info supplémentaire: la photogravure du début de votre article correspond au 1er ou 2me étage de l'immeuble Gutenberg ( verrière sur le coté )

Écrit par : jyf | 18/09/2009

@ Jyf : ça par contre, je le savais ^^ mais merci pour l'info, car je n'ai pas dû le préciser dans l'article.

Écrit par : Scrapper's Run | 18/09/2009

Lien vers anciens indicatifs de Paris: tous ces indicatifs correspondaient avec des immeubles ou étages d'immeubles, la plupart toujours existants. Bonne chasse !
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anciens_indicatifs_t%C3%A9l%C3%A9phoniques_%C3%A0_Paris

Écrit par : Jyf | 19/09/2009

Je recherche des photos des anciens ateliers des P T T qui fabiiquaient le matériel téléphonique pour les centreaux de toute la FRANCE.Ces ateliers étaientsitués au 103 Bd BRUNE PARIS 75014.

Merçi

Écrit par : GAGNON | 27/11/2011

Un grand bravo concernant ce billet!
Il s'agit de l'un des plus cools et étayés sur le sujet que j'ai eu la chance de lire.
A plus !

Écrit par : Achat appartement Bordeaux | 03/12/2012

Alors voilà un excellent article.
C'est la toute première fois que je passe sur ce petit blog : je suis déjà conquise .


Encore félicitations !!

Écrit par : Blog colonie | 09/02/2013

Alors voilà un vraiment très bon article.
C'est la première fois que je découvre ce bon blog, et je suis d'ors et déjà une fan !!


Encore félicitations !!

Écrit par : Logement neuf | 18/03/2013

Alors voilà un très bon post!!
C'est pas la seule fois que je viens lire ce blog là: en tout cas aujourd'hui, je me sens juste obligée de laisser un mot.


En tout cas encore bravo !

Écrit par : Blog colonie | 18/03/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu