Avertir le modérateur

07/11/2008

REAUMUR // ARCHITECTURE INDUSTRIELLE

Neoalchimiste-Signature_20090213-004.jpg
AI-20080218_0152a_75002-124rueReaumur-LeParisien.jpg

Au travers de ce post, je souhaite exposer une petite promenade dans l’une de mes rues favorites de Paris : la rue de Réaumur, dans le 2ème arrondissement.

Avant de vous exposer mes photographies, je me permettrai d’aborder en premier lieu, et rapidement, l’historique de ce secteur, afin de replacer les éléments dans leurs contextes.
Pour les autres lecteurs pressés, je vous invite à simplement découvrir ces bâtiments.

Bonne balade !  ^^


Et effectuons cette balade de manière agréable, en musique avec le titre "This land is mine" de l'artiste "Dido" (qui va d'ailleurs sortir son nouvel album le 17 novembre prochain).

podcast
Le second arrondissement parisien se structure par trois enceintes médiévales [enceinte de Philippe Auguste 1190/ 1215, enceinte Charles V 1364/ 1420 et l’enceinte bastionnée des Fossés Jaunes datée autour de 1553 pour les opérations majeures] et se compose de lotissements érigés au XVIIIème, de passages couverts datant de la Restauration [1814/ 1815].

Au XIXème siècle, ce sera le grand centre d’affaire parisien.

Sous le règne de Charles V, on note la formation de trois radiales liant le centre de la ville à ses faubourgs dont l’une prendra le nom de rue Saint-Denis. Ces rues largement reconstruites au XVIIème siècle, se singularisent par un encadrement de bâti particulièrement étroit, n’autorisant souvent que deux travées, avec des immeubles couronnés pour la plupart de pignons triangulaires ou de lucarnes à frontons caractéristiques du style Louis XIII.

La structure du tissu presque orthogonale est dans ses grandes lignes d’origine rurale. On peut néanmoins noter que la plupart des parcelles, dont le tracé se révèle être antérieur au XVIIème siècle, ont une occupation bâtie très composite, comme la rue Saint-Denis. Le XVIIème et le XVIIIème ont produit deux pièces types du paysage de l’arrondissement : les hôtels particuliers [en grande partie détruits] et les lotissements spéculatifs.
A la fin du XVIIIème, il n’y a plus vraiment d’espace constructible dans l’arrondissement : pour produire du neuf, il faut détruire, donc éventuellement détruire des hôtels particuliers.

Sous le Second Empire, le boulevard Sébastopol perfore le tissu urbain ; cet axe de la grande Croisée parisienne provoque le remaniement de tous les segments de rues, dont la future rue Réaumur, le reliant à la rue Saint-Denis. La rue Réaumur, décidée en 1854 n’est ouverte qu’en 1895 entre le boulevard de Sébastopol et la rue Notre-Dame-des-Victoires, et achevée en 1905.

L’axe Est-Ouest formé par les rues du Quatre-Septembre et de Réaumur présente un bâti de qualité sur ses rives, avec une chaussée trop généreuse se traduisant par une activité automobile excessive. La rue Réaumur est la plus symbolique de son époque, sa vocation commerciale s’exprime au travers de ses façades, exploitant des structures métalliques ainsi que de vastes baies vitrées.

Le caractère homogène de la rue découle de la rapidité de la construction, et stimulée par le concours des façades lancées en 1897. La variété architecturale est favorisée par la réglementation de 1902 qui souhaite rompre l’uniformité des rues bâties. Ces immeubles dit "immeubles industriels" accueillirent en majorité des activités liées à la presse et à l’imprimerie, à la confection et au commerce de gros.

Je rappel que la notion d’immeuble industriel désigne une typologie de construction dite multifonctionnelle apparue dans les années 1870, et conçue pour abriter des magasins au rez-de-chaussée, des ateliers, des entrepôts et des bureaux sur trois ou quatre niveaux, et enfin des appartements dans les derniers étages.

L’urbanisme haussmannien rejetait à cette époque l’industrie à l’extérieur de la capitale et ces immeubles étaient la réponse à une demande d’espace de plus en plus conséquente, freinée par la flambée des prix du sol parisien. Ils offraient de grandes surfaces libres au sol, un maximum de lumière naturelle et proposaient de nouveaux matériaux dans leur mise en œuvre comme le fer, rendant possible l’utilisation de grandes surfaces de verre en façade. C’est d’ailleurs ces mêmes matériaux mis en façade qui expriment la destination des édifices, une vocation commerciale et une activité industrielle. Leurs constructions ont rarement donné lieu à des lotissements sauf exception : la rue des Immeubles-Industriels dans le 11ème arrondissement, et la rue Réaumur.

Je vous invite maintenant à découvrir les immeubles les plus remarquables de cette rue en débutant d’abord par le #126 :

AI-20080218_0126a_75002-126rueReaumur.jpg

Puis vient le #124, l’un des plus surprenant, appelé « le Parisien », car ayant été, par le passé, occupé par le siège du quotidien « le Parisien Libéré » de 1944 à 1973. Il fût bâti par Georges Chedanne avant 1900, et se caractérise par l’utilisation massive de métal, et par la présence de trois bow-windows au 4ème étage :

AI-20080218_0130a_75002-124rueReaumur-LeParisien.jpg
AI-20080501_0105a_75002-124rueReaumur-LeParisien.jpg
S’en suit du #118, récompensé au Concours des Façades de 1900, et construit par Charles de Montarnal. Son entrée est remarquable, et la grande baie vitrée s’insert parfaitement dans la pierre, malgré le geste d’ouverture radical, affichant une belle ferronnerie, véritable œuvre d’art :
AI-20080501_0112a_75002-118rueReaumur.jpg
AI-20080218_0160a_75002-118rueReaumur.jpg
Non loin de là vient le #69, dont le toit est muni d’une grande verrière en pignon, construit par Ernest Pergot en 1898. Il abritait un atelier de photogravure :
AI-20080218_0187a_75002-69rueReaumur.jpg
Nous arrivons enfin à mon immeuble préféré, le #61-63. Parmi les intervenants, on note les architectes G. Sirgery et P. Jouannin, le constructeur A. Lémoué, le charpentier-serrurier-menuisier Prauier et le sculpteur Jacquier et Compagnie :
AI-20080501_0120a_75002-61rueReaumur.jpg
Reaumur_0059a.jpg
Reaumur_1001a.jpg
PlanReaumur.jpg
L’extrait du cadastre parisien ci-dessus vous montre que ce bâtiment ne fait que 5 mètres maximum d’épaisseur, tandis que sa façade prend des allures de cathédrale à l’aide d’une entrée monumentale, et flanquée d’une horloge complètement hallucinante en guise de rosace, placée dans un axe centrale. Effet garanti !

A noter que cela est dû au style architectural dit « néogothique » : Inspiré de l’art gothique [~1400], qui se caractérise notamment par des lignes très verticales inscrites dans une composition structurelle et plastique.

J’achèverai ce post en rappelant la présence, à proximité du #61-63, des bouches de métro réalisées par l’architecte Hector Guimard - architecte qui mériterait bien d’être exposé dans un post - et dont je vous offre quelques clichés :
Gui-20080501_0129a_75002-MetroReaumurSebastopol.jpg
Gui-20080501_0132a_75002-MetroReaumurSebastopol.jpg
Gui-20080501_0147a_75002-MetroReaumurSebastopol.jpg
Gui-20080501_0152a_75002-MetroReaumurSebastopol.jpg
> SOURCES :
"Paris et ses quartiers" 2ème arrondissement, pages 43 à 48, APUR, Octobre 2001, Paris.
"Sur les traces des enceintes de Paris’’, promenades au long des murs disparus", R. GAGNEUX, D. PROUVOST, éditions Parigramme, 2004, Paris.
"Architecture industrielle, Paris et alentours", M.F. LABORDE, éditions Parigramme, 2003, Paris.


PS : Post dédicacé à Sheily ;)
Icones_Casque!-02.jpg
_Scrapper's Run.

Commentaires

Belle balade en effet. Je suis yonb de oit, ma mère travaille au 115, devant la bourse... Ton article est un peu long par contre, ca aurait été sympa de nous raconter tout ca sur un ton léger et facile à lire, comme tu le fais d'habitude. Là ça ressemble trop à un article de livre d'histoire pour moi, même si c'est une mine d'informations ! On se rend pas compte comment à Paris, les rues que l'on traverse tout les jours on en fait tant d'histoire !!

Écrit par : Toma | 07/11/2008

Ce article est écrit par Scrapper's run, d'où le casque de chantier à la fin de l'article (moi mes articles ce finissent pas le logo de l'arbre), il est un peu moins léger que certains de mes posts, mais il en faut pour tous les goûts. lol

Les photos en soient, sont d'une telle qualité, je trouve, que si on ne veut pas lire tout le texte, on peut au moins regarder les photos.

Mais nous allons prendre en compte ta remarque l'ami.

Écrit par : Neoalchimiste | 07/11/2008

Effectivement c'est un peu long, mais c'était nécessaire à mes yeux... il n'y avait pas de lien vers lequel j'aurais pu faire basculer les lecteurs pour approfondir le sujet par eux-même.

Écrit par : Scrapper's Run | 08/11/2008

Long mais passionnant : je trouve que ça vallait le coup d'attendre. Surtout quand on passe devant ces immeubles au quotidien (je bosse dans le quartier). Je crois que je vais moi aussi m'attaquer à eux, armée de mon appareil (mais je ne sais pas si le rendu sera aussi bon.
Merci pour la dédicace ;-)

Écrit par : sheily | 08/11/2008

Oh je ne savais pas que les articles avec le casque c'était l'ami Rémi qui écrivait ! D'où la montagne d'information ! On reconnait bien là notre ami l'architecte perfectionniste musclé (c'est ton nouveau surnom hihi !).

Écrit par : Toma | 10/11/2008

Mdr!
Sympa le surnom, merci, mais il faudra enlever le "musclé", j'arrête pas de me blesser donc les entrainements sont constamment stoppé... chui yomb :S

Écrit par : Scrapper's Run | 10/11/2008

je te remercie opour les vidéos ! :)

Écrit par : future maman | 06/12/2008

Visiteurs provinciaux amoureux de Paris, nous avons débarqué par hasard aujourd'hui dans la rue Réaumur, à la recherche du passage du Caire vu dans une récente émission de télé (nous en connaissions beaucoup d'autres, mais pas celui-là). Nous sommes donc restés scotchés devant cette stupéfiante architecture pierre/métal, en particulier devant l'immeuble dit du Parisien en rénovation (je viens d'apprendre son nom en lisant votre post), d'autant plus que nous ne connaissions rien de tel dans Paris. De retour ce soir même par le TGV dans notre province bourguignonne, j'ai fait immédiatement des recherches sur Internet et je viens de tomber sur votre site. Je ne sais pas qui vous êtes, certains vous ont apparemment reproché la longueur de votre texte, mais moi je vous dis infiniment merci, vous avez répondu (très élégamment) à la plupart de nos questions, et, sans doute grâce à vous, nous ne manquerons pas lors d'une prochaine balade dans notre capitale préférée, de retourner plus longuement dans ce quartier et d'ouvrir encore mieux les yeux. Donc merci encore, et merci aussi pour les images des bouches de métro de Guimard, les dernières ayant été sauvées in extremis, et dont nous avions repéré celle de la station Anvers cet après-midi.

Écrit par : Ariane | 28/01/2009

Ariane : je vous remercie de tous vos compliments. Aborder la rue Réaumur était assez délicat vis-à-vis du format d'un blog, je suis donc ravi d'avoir pu répondre à certaines de vos questions.

Je suis un intervenant sur ce blog, je traite principalement d'architecture, et je tente de partager avec les lecteurs mes balades architecturales, en ciblant certaines réalisations qui méritent que l'oeil se pose dessus quelques instants.

Vous trouverez également d'autres articles sur ce blog dédié à l'architecture [notamment à Paris], dans la rubrique suivante :
http://neoalchimiste.20minutes-blogs.fr/neobriques/

J'espère que cela vous incitera à revenir plus souvent à Paris ! ^^
Bonne balade :)

Écrit par : Scrapper's Run | 29/01/2009

Merci pour les réponses et merci pour le lien. Une super mine d'informations ! Scrapper's Run, pas de problème pour revenir à Paris, Mâcon-Loché TGV est à un peu plus d'1 heure 30 de la gare de Lyon. Il faut juste casser sa tirelire de temps en temps... Rien n'est parfait !

Écrit par : Ariane | 30/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu