Avertir le modérateur

09/09/2008

CENTRAUX TELEPHONIQUES partie II // ARCHITECTURE INDUSTRIELLE

Neoalchimiste-Signature_20090213-004.jpg

Choses promises, choses dues, voilà la suite du post datant de la semaine dernière de Scrapper's Run. Bonne lecture! 

_Neoalchimiste.

AI-20080504_0079a_75009-RueBergere-CentraleTelephonique.jpg

Ne reste maintenant qu'à vous présenter le dernier des 4 centraux téléphoniques. Mais avant toute chose, une petite explication me semble nécessaire afin que vous puissiez comprendre en quoi ce dernier bâtiment me semble plus intéréssant que les trois autres, qui restent néanmoins magnifiques.

Cette explication concerne le rôle du concepteur. Quelle est donc la position de l’architecte dans la démarche raisonné d’un projet ? ce dernier, dit maître d’œuvre, doit en premier lieu satisfaire un client, commanditaire, dit maître d’ouvrage, qui - généralement - finance le projet. Beaucoup de personne pense que le métier d’architecte consiste à dessiner. Mettez-vous donc un instant à la place d’un client. Qu’attendriez-vous de l’architecte ? Des dessins ? Des plans ? Mais comme vous vous fourvoyez mes amis !!! Un client se moque éperdument des dessins, et n’attend que le produit fini ! [J’exagère, mais l’esprit est là ^^]

Le dessin est surtout un outil de communication pour l’architecte, car ce sont surtout les entreprises qui auront besoin des plans, façades et autres coupes pour mener à bien les travaux et atteindre les objectifs voulus. L’architecte doit donc satisfaire les exigences fonctionnelles et techniques, mais également inscrire le projet dans le respect des règles d’urbanismes imposées par la commune concernée [hauteurs, gabarits, surfaces, emplacement sur la parcelle, etc.] car il est également impératif de satisfaire les politiques et les habitants afin que le projet puisse se faire sans porter de préjudice, que ce soit envers les riverains ou la ville, en « dégradant » son paysage urbain.
Il n’y a pas réellement de « principe » de conception, chaque architecte porte ses valeurs ; certains partent sur des voies formelles et plastiques, d’autres sont plus techniques et fonctionnels, et d’autre encore concilient forme et fonction... Mais il existe néanmoins trois axes qui guident l’instant de réflexion, et qui influent sur le dispositif créé :

-l’axe « fonctionnel » ; celui-ci caractérise les besoins d’un projet [nombre de pièce, types de locaux, etc.] en tenant compte du programme souhaité par le client, mais aussi des impératifs techniques : chauffage, éclairage, alimentation en eau....

-la notion de « repère urbain » ; cet axe regroupe les caractères formels qui permettront à l’édifice d’être « lu » par les personnes, afin de pouvoir le repérer depuis la rue ou encore distinguer son programme depuis l’extérieur ou depuis l’intérieur ; par exemple, dans un projet comprenant des bureaux et des logements, marquer une séparation plastique et/ou volumétrique entre ces deux fonctions facilite leur identification et donc leur accès... ce qui peut se révéler pratique lorsque des autorités ou des secours doivent s’aventurer en ces lieux ! Bref, c’est sans compter que nous ne construirons pas une mairie comme nous bâtissons un immeuble de logement...

-enfin, l’axe dit « symbolique » ; ce dernier point affirme une identité forte pour les projets représentant des valeurs, des « vitrines » nationales comme par exemple le célèbre stade olympique de Chine appelé « nid d’oiseaux ». Ce type de projet correspond à un point de convergence urbain massif en terme de flux humain, d’où l’intérêt d’amplifier la notion de repère urbain par une symbolique. Cela le rend visible et identifiable, en l’ancrant dans un lieu précis... Maintenant, qui dit « nid d’oiseaux » dit « Pékin »...

Navigant entre ces trois axes, l’un de ces derniers prendra forcement le dessus lors de la conception du dispositif afin d’arriver à concilier les volontés et les exigences de tout les acteurs d’un projet...

J'espère que cette explication vous aidera à présent à mieux cerner notre métier :) ...

Achevons notre présentation de ces 4 centraux téléphoniques parisiens de notre sélection avec le dernier et surment le plus intéréssant des quatre sur le plan architectural, le centrale téléphonique Bergère...

Lire la suite

04/09/2008

CENTRAUX TELEPHONIQUES partie I // ARCHITECTURE INDUSTRIELLE

Neoalchimiste-Signature_20090213-004.jpg

Les habitués du blog l'auront peut-être remarqué, mais j'ai légèrement modifié le titre du blog et le blog "Le Neoalchimiste" devient à partir d'aujourd'hui "Le Neoalchimiste & co.". Pourquoi ce changement?

Tout simplement parce qu'à partir d'aujourd'hui j'inviterais de temps à autre des guests pour vous faire découvrir une partie de leurs univers ou de leurs pensées du moment. Voici le premier d'entre eux, Scrapper's Run, un ami passionné en autre d'architecture et architecte de formation, qui va vous faire découvrir quelques bâtiments qui nous entourent dans notre environnement quotidien mais auxquelles ont ne prêtes généralement que peu d'attention comme les usines, les batîments industriels... et par la même occasion vous faire une introduction au monde de l'architecture... Je vous laisse donc en bonne compagnie et je vous dis à bientôt.

_Néoalchimiste.

AI-Book_001.jpg

Brèves ou trop longues selon les personnes, les vacances s’achèvent, laissant alors l’activité humaine reprendre son droit, tout en nous offrant la possibilité de méditer sur nos instants vécu... Comme dirait un ami, « le soleil qui se couche, le vent qui caresse mon visage »... euh... Bref. Le temps passe et nos comportements évoluent, nos habitudes s’en voient modifiées, à tel point que nous ne prenons plus le temps d’apprécier certaines révolutions sociales et techniques.

Comme l’a précédemment fait remarquer notre ami, le très cher Néoalchimiste, au travers de ses nombreux posts, beaucoup de gens passent devant des réalisations remarquables sans s’en douter... Mais beaucoup de personnes possèdent entre leurs mains des choses stupéfiantes, et dont la mise en œuvre et l’installation, ont nécessitées l’édification de certains types de locaux. J’aborde donc le sujet de la téléphonie et son impact à l’échelle de la ville. Cette révolution, datant des années 1880, rapprochant les hommes, a laissée des vestiges de sa première gloire et de son développement dans notre paysage, mais par une présence discrète révélant une surprenante réflexion, et un génie admirable de la part de leurs concepteurs. Ces locaux sont bien entendu les centraux téléphoniques. Ils ont pour but d’abriter toute la technologie de communication et de gestion technique, et c’est en ces lieux que les câbles convergeaient pour se répartir sur des boîtiers de connexion des salles appelées « répartiteurs », là où nous trouvions les « demoiselles du téléphone », ces jeunes femmes célibataires chargées de nous mettre en relation avec nos correspondants. Souvent, ces salles exigeaient beaucoup d’espace, avec un équipement très imposant et très lourd à porter, générant des efforts important sur le plancher. Mais tout ça, mes amis, c’est du passé ! Depuis près de 30 ans, ces locaux sont le plus fréquemment enterrés, ne laissant en surface que les vestiges de ces événements architecturaux à part entière...

Paris expose des centraux téléphoniques remarquables ; bien qu’il serait intéressant de pouvoir les aborder individuellement, ce post se contentera d’en souligner quelques-uns, et de développer une construction en particulier.  Par delà les aspects, il est impératif de se placer dans le contexte temporel, conceptuel, ainsi que de repérer la branche de la discipline auquel se rattachent ces locaux, soit la catégorie dite « architecture industrielle ». Il est vrai que de nos jours, lorsque l’on entend cela, on a vite fait d’associer « architecture industrielle » à « hangars en tôle d’acier », des toits en « shed », accompagnés de leurs cheminées fumantes... Mais ce terme désigne en réalité la fonction et/ou la mise en œuvre technique du projet, et non pas son aspect. De plus, ces constructions ont été, par le passé, le plus souvent composés de briques et de métaux. Ainsi, un bâtiment ayant pour fonction de produire et de générer une activité et une production matérielle [ateliers, etc.] peut se considérer comme étant une « architecture industrielle »...

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu