Avertir le modérateur

20/09/2008

Pélerinage au temple de la Pomme

Neoalchimiste-Signature_20090213-002.jpg
Logo Apple Expo Remix noir .jpg

Nous étions pas dimanche hier, mais j'ai quand même amené Mike (mon MacBook) et Paul (mon iPod nano 1G, 2Go) au temple pour prier. Oui, tous trois nous sommes partis à l'Apple Expo Remix' 08 porte de Versailles à Paris (rien à voir donc avec la venue la semaine dernière du pape lol). Et comment dire, un Apple Expo sans stand officiel Apple, on peut dire que la marque à la pomme nous a pris un peu pour des bonnes poires nous les parisiens, mais bon quand on est aveuglé comme moi par les objets avec une pomme victime d'un croc dessiné dessus, on y va et on met cette grosse absence de côté (au début).

Apple, pomme, pommier... je dis Jacques Chirac et son "mangez des pommes"... euh, non, je voulais dire Appletree, chanson d'Erykah Badu datant de 1997 de l'album Baduizm qui accompagnera votre lecture.
podcast

view_image.jpgQuoi  de spéciale? Bah un peu rien et un peu tout, comme d'habitude à l'Apple Expo de Paris. Ah oui, j'ai vu les nouveaux iPod nano 4G (et oui Paul, tu es un ancêtre maintenant), euh... bah... à part ça... j'ai trouvé peut être le prochain pull pour Mike lors de nous futures sorties en amoureux les soirs d'hiver au stand de la marque Built "mixé" à celui de la Fnac... euh... testé quelques palettes graphiques... vu les dernier logiciels, matériels pour home studio et DJing liés au MacBook Pro... obtenu aucun des logiciels en démo à donner à manger à Mike... testé quelques casques pour Paul, mais celui-ci est déjà pacsé avec un très bon chanteur autrichien, un casque AKG, depuis un peu plus d'un ans et pour l'instant tout ce passe de manière idyllique... en résumer, il n'y avait rien lol.

contact.jpgEnfin non, cela n'est pas totalement vrai, car pour les professionnels il y avait beaucoup de choses comme la présentation de la nouvelle suite CS4 d'Adobe (j'ai suivi deux conférences de présentation de 1h chacune) et personnellement côté éducation, j'ai assisté à une conférence sur le rapport entre l'enseignement (supérieur principalement, à mon grand désespoir) et les nouvelles technologies en France avec la présence de M. Isaac Henri (Maître de Conférences, Paris Dauphine, Chargé de mission par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche et rédacteur du rapport "Université numérique"). Cela fut très intéressant, des conclusions simples suite à cette conférence: en dehors de quelques rares universités comme celle de Lyon, nous sommes en retard en France, et pour rattrapper ce retard il va falloir de l'argent donc cela m'étonnerait que l'enseignement supérieur publique reste "gratuit" bien longtemps de l'aveu même de M. Isaac. Mais on a rien sans rien et il faut savoir ce que l'on veut... Et j'ai aussi découvert la marque OrdiTICE qui propose une gamme de produits très intéressante pour les enfants possédant un handicap.

Voilà en gros, un salon pas si grand publique que ça cette année... Pas si intéressant que ça côté Apple (aucune nouveauté)... Mais c'est comme souvent lorsque l'on va dans un temple de n'importe laquelle des grandes religions pour prier, on y va surtout pour rencontrer d'autres personnes qui ont aussi la foi et pour la partager avec eux. Voilà ce que j'ai fait avec Mike et Paul, et cela fut un plaisir, même si j'espère que le DJ de l'Apple Expo proposera un "mix" plus étoffé l'année prochaine.

apple_logo.jpg

15/09/2008

La rentrée du cinéma... et pas seulement

Neoalchimiste-Signature_20090213-002.jpg
733474918.jpg
Du 14 au 16 septembre à lieu "la rentrée du cinéma", période pendant laquelle il est offert au publique d'aller au cinéma pendant trois jours pour seulement 3,50 € la séance. Bonne nouvelle, non? Personnellement, cela m'a permi de voir hier le film Mirrors (superbe film d'horreur que je vous conseille en V.O. biensûr) et ce soir le film Inju sorti récemment et que j'avais envie de voir au cinéma. Le 15 septembre a été aussi synonyme de rentrée pour moi, puisque qu'à 13h30 je suis réellement rentré à l'IUFM de Bonneuil sur Marne, premier jour, découverte de mes futures "camarades"... beaucoup, beaucoup de femmes... les pauvres vont devoir supporter le S.F. (Joanna, on se comprend) toute une année, je les plains... découverte des lieux, début d'une nouvelle aventure. Ainsi commence ma formation pour devenir le GTM (Great Teacher M.). Attention, ça va déménager!

Puisqu'il est question d'enseignement un petit "History Will Teach Us Nothing" de Sting extrait de l'album "...Nothing Like The Sun" (1987). Album qui est surement l'un des deux meilleur album de Sting (avec aussi l'album "Ten Summoner's Tales") avec notament des chansons comme "Englishman in New York" et "Fragile". Enjoy it my friends.

podcast
ecolier.GIF

09/09/2008

CENTRAUX TELEPHONIQUES partie II // ARCHITECTURE INDUSTRIELLE

Neoalchimiste-Signature_20090213-004.jpg

Choses promises, choses dues, voilà la suite du post datant de la semaine dernière de Scrapper's Run. Bonne lecture! 

_Neoalchimiste.

AI-20080504_0079a_75009-RueBergere-CentraleTelephonique.jpg

Ne reste maintenant qu'à vous présenter le dernier des 4 centraux téléphoniques. Mais avant toute chose, une petite explication me semble nécessaire afin que vous puissiez comprendre en quoi ce dernier bâtiment me semble plus intéréssant que les trois autres, qui restent néanmoins magnifiques.

Cette explication concerne le rôle du concepteur. Quelle est donc la position de l’architecte dans la démarche raisonné d’un projet ? ce dernier, dit maître d’œuvre, doit en premier lieu satisfaire un client, commanditaire, dit maître d’ouvrage, qui - généralement - finance le projet. Beaucoup de personne pense que le métier d’architecte consiste à dessiner. Mettez-vous donc un instant à la place d’un client. Qu’attendriez-vous de l’architecte ? Des dessins ? Des plans ? Mais comme vous vous fourvoyez mes amis !!! Un client se moque éperdument des dessins, et n’attend que le produit fini ! [J’exagère, mais l’esprit est là ^^]

Le dessin est surtout un outil de communication pour l’architecte, car ce sont surtout les entreprises qui auront besoin des plans, façades et autres coupes pour mener à bien les travaux et atteindre les objectifs voulus. L’architecte doit donc satisfaire les exigences fonctionnelles et techniques, mais également inscrire le projet dans le respect des règles d’urbanismes imposées par la commune concernée [hauteurs, gabarits, surfaces, emplacement sur la parcelle, etc.] car il est également impératif de satisfaire les politiques et les habitants afin que le projet puisse se faire sans porter de préjudice, que ce soit envers les riverains ou la ville, en « dégradant » son paysage urbain.
Il n’y a pas réellement de « principe » de conception, chaque architecte porte ses valeurs ; certains partent sur des voies formelles et plastiques, d’autres sont plus techniques et fonctionnels, et d’autre encore concilient forme et fonction... Mais il existe néanmoins trois axes qui guident l’instant de réflexion, et qui influent sur le dispositif créé :

-l’axe « fonctionnel » ; celui-ci caractérise les besoins d’un projet [nombre de pièce, types de locaux, etc.] en tenant compte du programme souhaité par le client, mais aussi des impératifs techniques : chauffage, éclairage, alimentation en eau....

-la notion de « repère urbain » ; cet axe regroupe les caractères formels qui permettront à l’édifice d’être « lu » par les personnes, afin de pouvoir le repérer depuis la rue ou encore distinguer son programme depuis l’extérieur ou depuis l’intérieur ; par exemple, dans un projet comprenant des bureaux et des logements, marquer une séparation plastique et/ou volumétrique entre ces deux fonctions facilite leur identification et donc leur accès... ce qui peut se révéler pratique lorsque des autorités ou des secours doivent s’aventurer en ces lieux ! Bref, c’est sans compter que nous ne construirons pas une mairie comme nous bâtissons un immeuble de logement...

-enfin, l’axe dit « symbolique » ; ce dernier point affirme une identité forte pour les projets représentant des valeurs, des « vitrines » nationales comme par exemple le célèbre stade olympique de Chine appelé « nid d’oiseaux ». Ce type de projet correspond à un point de convergence urbain massif en terme de flux humain, d’où l’intérêt d’amplifier la notion de repère urbain par une symbolique. Cela le rend visible et identifiable, en l’ancrant dans un lieu précis... Maintenant, qui dit « nid d’oiseaux » dit « Pékin »...

Navigant entre ces trois axes, l’un de ces derniers prendra forcement le dessus lors de la conception du dispositif afin d’arriver à concilier les volontés et les exigences de tout les acteurs d’un projet...

J'espère que cette explication vous aidera à présent à mieux cerner notre métier :) ...

Achevons notre présentation de ces 4 centraux téléphoniques parisiens de notre sélection avec le dernier et surment le plus intéréssant des quatre sur le plan architectural, le centrale téléphonique Bergère...

Lire la suite

06/09/2008

Café + Wifi + Bio + Calme = Cojean

Neoalchimiste-Signature_20090213-002.jpg

Je vous avez déjà précédemment d'un lieu où j'appréciai être lorsque j'écris pour ce blog ou autre en vous présentant le café "La Ferme" situé entre Opéra et Pyramide à Paris, et aujourd'hui je vais vous en présenter un autre. Tout aussi agréable, à l'ambiance reposante avec du Wifi bien sûr libre et gratuit, et de la nourriture bio et saine.

1978584043.JPG

Nous voici donc au Café Cojean du Louvre-Rivoli, cadre magnifique puisque l'on est tout près du Louvre que l'on peut voir de la fenêtre, et près de la rue Rivoli et de ces nombreux magasins. Ce jour ci, j'écrivais la note concernant l'exposition "Dot Obession", c'était un peu par hasard que je me suis retrouvé près du Louvre et je me suis posé là avec "Mike", mon Mac (c'est le nom que je lui donne en ce moment). Un petit expresso et une part d'un délicieux cake au citron que m'avait conseillé la jolie serveuse d'origine suédoise alors que j'étais assez sceptique au départ sur ce choix (très bon choix d'ailleurs, merci), tri des photos, petite mise en page, écriture du texte. Les lumières intérieurs étaient belles, les sièges beaux et confortable, la musique douce entre jazz comme Madeleine Peyroux et electro-lounge sans mon rendre compte, j'y ai passé une bonne partie de mon après midi à écrire des choses et d'autres jusqu'à ce que mon téléphone portable sonne pour m'indiquer la réception d'un sms qui allait me mener à un rendez-vous du côté de Montparnasse. Voici donc ma première visite en ce lieu, dans lequel je vais maintenant de temps à autre lorsque j'ai le temps de me permettre de ne rien faire de spécial et que je suis dans le quartier.

Lieu que je vous conseille donc surtout lors d'un premier rendez vous dans l'après midi avec un jeune homme ou une jolie demoiselle, pour prendre son petit déjeuner, pour manger ou boire rapidement quelque chose sans passer par la case fast-food type Mcdo et autres, boire un vrai jus de fruits frais mixés ou pressés  ou tout simplement pour le plaisir de flâner dans un café...

Quelques photos de l'intérieur du lieu et une chanson douce de Madame Madeleine Peyroux intitulée "You're Gonna Make Me Lonesome When You Go".
podcast

Ha det bra.

2140246741.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1176689919.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

117055365.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1921118374.JPG

04/09/2008

CENTRAUX TELEPHONIQUES partie I // ARCHITECTURE INDUSTRIELLE

Neoalchimiste-Signature_20090213-004.jpg

Les habitués du blog l'auront peut-être remarqué, mais j'ai légèrement modifié le titre du blog et le blog "Le Neoalchimiste" devient à partir d'aujourd'hui "Le Neoalchimiste & co.". Pourquoi ce changement?

Tout simplement parce qu'à partir d'aujourd'hui j'inviterais de temps à autre des guests pour vous faire découvrir une partie de leurs univers ou de leurs pensées du moment. Voici le premier d'entre eux, Scrapper's Run, un ami passionné en autre d'architecture et architecte de formation, qui va vous faire découvrir quelques bâtiments qui nous entourent dans notre environnement quotidien mais auxquelles ont ne prêtes généralement que peu d'attention comme les usines, les batîments industriels... et par la même occasion vous faire une introduction au monde de l'architecture... Je vous laisse donc en bonne compagnie et je vous dis à bientôt.

_Néoalchimiste.

AI-Book_001.jpg

Brèves ou trop longues selon les personnes, les vacances s’achèvent, laissant alors l’activité humaine reprendre son droit, tout en nous offrant la possibilité de méditer sur nos instants vécu... Comme dirait un ami, « le soleil qui se couche, le vent qui caresse mon visage »... euh... Bref. Le temps passe et nos comportements évoluent, nos habitudes s’en voient modifiées, à tel point que nous ne prenons plus le temps d’apprécier certaines révolutions sociales et techniques.

Comme l’a précédemment fait remarquer notre ami, le très cher Néoalchimiste, au travers de ses nombreux posts, beaucoup de gens passent devant des réalisations remarquables sans s’en douter... Mais beaucoup de personnes possèdent entre leurs mains des choses stupéfiantes, et dont la mise en œuvre et l’installation, ont nécessitées l’édification de certains types de locaux. J’aborde donc le sujet de la téléphonie et son impact à l’échelle de la ville. Cette révolution, datant des années 1880, rapprochant les hommes, a laissée des vestiges de sa première gloire et de son développement dans notre paysage, mais par une présence discrète révélant une surprenante réflexion, et un génie admirable de la part de leurs concepteurs. Ces locaux sont bien entendu les centraux téléphoniques. Ils ont pour but d’abriter toute la technologie de communication et de gestion technique, et c’est en ces lieux que les câbles convergeaient pour se répartir sur des boîtiers de connexion des salles appelées « répartiteurs », là où nous trouvions les « demoiselles du téléphone », ces jeunes femmes célibataires chargées de nous mettre en relation avec nos correspondants. Souvent, ces salles exigeaient beaucoup d’espace, avec un équipement très imposant et très lourd à porter, générant des efforts important sur le plancher. Mais tout ça, mes amis, c’est du passé ! Depuis près de 30 ans, ces locaux sont le plus fréquemment enterrés, ne laissant en surface que les vestiges de ces événements architecturaux à part entière...

Paris expose des centraux téléphoniques remarquables ; bien qu’il serait intéressant de pouvoir les aborder individuellement, ce post se contentera d’en souligner quelques-uns, et de développer une construction en particulier.  Par delà les aspects, il est impératif de se placer dans le contexte temporel, conceptuel, ainsi que de repérer la branche de la discipline auquel se rattachent ces locaux, soit la catégorie dite « architecture industrielle ». Il est vrai que de nos jours, lorsque l’on entend cela, on a vite fait d’associer « architecture industrielle » à « hangars en tôle d’acier », des toits en « shed », accompagnés de leurs cheminées fumantes... Mais ce terme désigne en réalité la fonction et/ou la mise en œuvre technique du projet, et non pas son aspect. De plus, ces constructions ont été, par le passé, le plus souvent composés de briques et de métaux. Ainsi, un bâtiment ayant pour fonction de produire et de générer une activité et une production matérielle [ateliers, etc.] peut se considérer comme étant une « architecture industrielle »...

Lire la suite

01/09/2008

Just (fucking) did it

306440284.jpg

Hier j'ai participé aux 10 km de la Nike Human Race en courant pour l'association WWF. Avant de vous parlez de la course à proprement parler, je vais juste une petite parenthèse en parlant de la célèbre organisation d'ordre mondial WWF.

238012433.gifWWF est une organisation indépendante qui compte plus de 4 millions de membres à travers le monde dont l'action principal est "la protection de la nature". A place de protection de la nature, je préfère personnellement est la sauvegarde de l'espèce humaine car au rythme où nous détruisons notre propre planète, nous sommes autant en danger que les autres espèces animales. Un des combat récent de WWF France m'intéresse particulièrement, ce combat est celui mené pour la préservation du fleuve Mana en Guyane, je vous invite à cliquer sur le lien précèdent pour plus amples informations.

 

Revenons en à la course, 10 km, c'est long... Le slogan de Nike est "Just do it", just, just, ils sont bien gentil, j'ai plutôt envie de dire "I fucking did it". Ce fut sous une chaleur épouvantable et un temps très lourd, 30°C à l'ombre, que c'est déroulé cette course près de l'hyppodrome de Lonchamps. Plus de 4000 participants (et même 5000 je crois bien) sur Paris et à peu près 4.5 milions à travers le monde dans les différentes villes (Sao Paolo, New Y96817357.JPGork, Tapeï...). 690817383.JPGAprès avoir retirer mon équipement au Nike Store des Champs Elysée (Paris) que vous pouvoir voir sur les photos à droite (T-shirt dossard + Puce Nike à mettre sur la chaussure) et mettre plus ou moins préparer sur du 10 km pendant un mois (en faite je m'entraîne d'habitude une distance plus courte, du 3.5 km, pour effectuer du 1500m, mais pour l'occasion j'ai tenté d'augmenter mes distances d'entrainement au alentour de 7 km à allure soutenue), je me suis retrouvé au départ hier pleins de doutes sur ma capacité à finir cette course, c'était là la première fois que j'effectuais une course en compétition et la seule fois où j'avais réellement effectué cette distance de 10 km était jeudi dernier avec un temps de 54 min 15 secondes, le soir, avec une température proche des 18°C et tout seul. Rien à voir avec les conditions météo du jour et les 4000 ou 5000 personnes qui m'entouraient.

1305630328.JPG

56 min et 51 secondes plus tard après que le départ fut donné, je passa la ligne d'arrivée après avoir vu entre temps un nombre incalculable de personnes secouru sur le bord de la route par les sapeur pompiers (j'ai compris alors l'utilité du certificat médical demandé), un nombre de personnes impressionnant ayant en début de course confondu un 10 km avec un 1500 m que je dépassa par la suite (et encore quand ceci n'avaient pas abondonné), être passé près de l'abandon moi aussi à un kilomètre de l'arrivée pour cause d'insolation (mais la vision d'une superbe blonde me dépassant a touché mon amour propre et m'a redonné la force pour finir cette course lol), ingurgité au moins deux litres de Powerade au cours de la course, écouté plus ou moins 20 chansons sur mon iPod...

Une belle course, une belle journée pendant laquelle j'ai gagné contre moi même, où j'ai repoussé mes limites avec d'autres personnes inconnues au départ et au cours de laquelle j'ai fait de belles rencontres. Ah oui, j'allais oublié la médaille bracelet (presque en chocolat) offerte à la fin pour les participant ayant  fini la course (voir la photo à droite). 164524157.JPGA l'année prochaine si cette course est reconduite. Cette fois-ci je commencerais mon entraînement plus tôt sur cette distance et je viserais plus un temps au alentour des 40 min voir moins. Mais ceci est une autre histoire...

Avant de ce quitter, je partage avec vous une des chanson présente sur ma playlist qui m'a permis de courir ces 10 km, The Rip du groupe Portishead qui est mon titre préféré de leurs dernier album Third.
podcast
PS: Je tenais à remercier Pauline qui est venue me soutenir pendant cette course et aussi Paul, mon iPod, sans qui je n'aurais pu courir aussi vite pendant ces 10 km. Merci à vous deux. Dans mon coeur, forever.

28/08/2008

Un parisien perdu au milieu de nul part

107740532.JPG

Je suis là, assis sur une chaise longue au bord de l’eau. Les canards crient et parlent entre eux, le vent souffle dans les branches des grands arbres qui m’entourent, et puis rien d’autre… Je pourrais presque entendre Le Loir qui coule paisiblement devant moi si il n’y avait pas quelques insectes curieux qui me tournaient autour, se demandant qu’est ce qu’un parisien comme moi pouvait bien faire ici au bord de l’eau avec un MacBook sur les genoux.

1799365987.JPG

 

 

 

314198726.JPG

 

1971267870.JPG

 

 

 

201533097.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Musique des villes, musique des champs, quoi de mieux que Brandi Carlile et la chanson Happy pour accompagner ces belles photos.
podcast

 

J’avais oublié que la France ne se résumait pas à Paris et sa région,  joint à quelques autres grandes villes comme Marseille, Lyon… Non, la France, c’est surtout des endroits comme celui-ci où pour pouvoir trouver un croissant un dimanche matin, il faut parcourir 3 km, où le réseau téléphonique est variable et les connexion internet bien loin des standards ADSL (des préoccupations de parisiens me direz vous)… Mais à quoi bon tout cela lorsque que l’on possède cette nature verdoyante, la possibilité d’aller faire ses courses en barque, de pouvoir rester seul des heures et des heures durant sans entendre la moindre voiture, la moindre sonnerie de téléphone, la moindre personne… Quel bonheur ! Quelle jouissance ! Ces quelques jours à Fréteval (41160 Loir-et-Cher, Centre) sont pour moi une bénédiction avant ma participation à la Nike Human Race de dimanche prochain et surtout avant la rentrée scolaire qui arrive à très grands pas.

2130735138.JPG

 

 

 

 

L'église, le centre du village, les ruines du château de Fréteval, la gare...

 

901061390.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1070219826.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2020227298.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mike (le MacBook), Paul (le iPod nano) et moi même, (et les canards, les cygnes et insectes du coin) nous vous saluons de ce lieu magique et plein de tranquillité. Et je vous dis à lundi, pour un compte rendu de ma participation à la Nike+Human Race.

638510204.JPG
354711889.JPG

25/08/2008

Superdome

273675474.JPG
Ce week end était le dernier week-end de l'exposition proposée par Marc-Olivier Wahler au Palais de Tokyo (Paris) regroupant cinq artistes. J'espère que vous avez eux l'occasion d'aller faire un tour voir celle-ci avant sa fin. Pour tout ce qui n'ont pu voir cette exposition, voici un petit aperçu de ce que vous auriez pu y voir le tout accompagné d'une chanson collant bien à l'art contemporain, Hunter la célèbre artiste Björk.
podcast
77480808.JPG
68690806.JPG
695917288.JPG
A noter: Très important, il était possible de rentrer sous le tas d'ordure que vous voyez sur la photo ci-dessus en entrant par le tunnel (partie nommée "Dump" dans l'exposition) mais pour cela il falait s'inscrire sur une liste et pour être sûr d'avoir une place dans la journée, peu de personnes ont pu y rentrer, le nombre de place étant très limité pour cette partie de l'exposition. Mais votre seviteur lui à pu y rentrer, voici ce qui se trouve sous tout cela.


773185959.JPG
1561769772.JPG


DUMP





DUMP

1589471518.JPG




DUMP







DUMP

DUMP
666986153.JPG




DUMP



DUMP







1343313850.JPG





DUMP









DUMP




1466560020.JPG
DUMP


1249598543.2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et sortie de ce que j'ai interprété comme la création d'une ville refuge humaine après "l'apocalypse environnemental" créer par les propres humains. Un peu comme dans Wall-E sans la possibilité de fuir dans l'espace...

1237778586.JPG
428667195.JPG
1136155046.JPG
978695398.JPG
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu